Des fables en folie! (2008-2009)

Publié le 13 Juin 2009

Les 6° D (2008-2009) ont écrit des fables par groupes.

Regardez plutôt leur travail!

 

La coccinelle et la girafe de Jody et Angélique

Une coccinelle venimeuse,  mais très discrète,

Se postait sur une  feuille,

Quand soudain, arriva une girafe,  mammifère tranquille,

Qui vivait dans la savane.

Elle se croyait belle, intelligente, parfaite …

Il ne lui arrivait jamais de malheurs.

Mais un jour comme les autres,

Elle eut faim.

Celle-ci s’approcha d’un arbre.

Et croqua dans une feuille.

La coccinelle qui s’y trouvait,

En profita pour la piquer

Et la girafe devint boutonneuse.

Depuis ce moment, elle ne fut plus aussi populaire qu’avant

Car tout le monde se moqua d’elle.

Le grand animal se mit à en pleurer et hurla:

«  - Au secours ! Au secours !

- Bien fait ! répliqua la coccinelle rageuse,

La prochaine fois, tu me laisseras tranquille sur ma feuille ! »

 

Les apparences sont parfois trompeuses.

Ce n’est pas parce qu’on a l’air gentil, qu’on l’est !

 

 

Le guépard et le singe  de Julie et Célia

 

Un guépard et un singe étaient très bons amis.

Un jour, le guépard proposa de faire une course contre le singe.

Son ami accepta.

Le lendemain, ils arrivèrent plein d’énergie.

Le guépard s’exclama :

« - De toutes façons, je vais gagner,

Je cours trois fois plus vite que toi ! »

Le singe qui était malin,

Avait une petite idée.

La course commença.

Le guépard avait pris de l’avance

Quand, d’un coup, il aperçut une rivière.

« - Mince, comment vais-je faire, je ne sais pas nager ! »

Le singe arriva et bondit sur un arbre.

L’autre animal sauta par-dessus la rivière et rattrapa celui-ci en un instant.

L’arrivée n’était plus qu’à quelques mètres.

Le félin se vanta : « - Je vais gagner, je vais gagner ! »

Et BOUM ! Il se cogna dans un arbre.

Le ouistiti arriva le premier,

Tandis que le guépard eut du mal à finir la course

Tant il était sonné !

 

Cette histoire nous montre

Qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

 

 
Le chat et le chien à la campagne de Brocanteville de Louis et Axel

 

Un petit chat timide vivait dans un village du nom de Brocanteville.

Il mourait de faim et n’avait même plus le courage de chasser.

Tout à coup, il vit une caverne.

Quand il l’aperçut remplie de nourriture et de boissons,

Quand il vit cette grotte, il reprit courage.

Il retrouva toute sa force et courut vers ce lieu formidable.

Au même moment, un chien magnifique alla dans la même direction

Et ces deux animaux s’arrêtèrent brutalement.

 Le chat avec son caractère hargneux dit :

« - C’est ma caverne ! Ma nourriture ! Et je les ai trouvées avant toi ! »

Mais le chien répondit : « - C’est moi le plus beau, alors c’est moi qui prends la caverne ! »

- On ne regarde pas le physique ; ce qui compte, c’est la beauté intérieure. »

Alors, ils firent un combat - mais pas de catch - d’intelligence.

Le chat qui pourtant ne payait pas de mine, gagna avec 10 points d’avance au calcul mental et 3 en géométrie.

 

C’est ainsi que le chat gagna la caverne de nourriture des bois de Brocanteville

Et que le chien rentra bredouille chez lui, dans la déchetterie municipale.

 

Les apparences sont parfois trompeuses…

Ce n’est pas parce qu’on est petit qu’on est mignon et inoffensif !

 

   

L’écureuil et l’ours d’Antonin et Laura

 

Un écureuil se promenait souvent dans la forêt et pensait à cet ours,

Qui était si fort, si musclé que tout le village le redoutait.

Un jour alors que l’écureuil cherchait des noisettes,

Soudainement, l’ours apparut avec son poil velu et ses griffes terrifiantes.

Le gros animal en voyant l’écureuil, lui dit :

« - Non, ne me tue pas, petit écureuil, je suis trop jeune pour mourir ! »

La petite bête lui répondit :

« - Yo mec, pourquoi t’as peur ? Mais tu fais 10 têtes de plus que moi !

- Oui, mais je t’ai vu sur les affiches de Ikitoaîdo, moi je n’ai que le physique ! Et puis, je suis végétarien ! »

L’écureuil répondit à son tour :

« Ouaaahhh ! J’aurais jamais cru que L’OURS  DE LA FORÊT était comme ça ! »

Les deux nouveaux amis repartirent sur les chemins,

L’écureuil content de ne pas avoir perdu son temps à se battre au lieu de chercher des noisettes,

Et l’ours joyeux d’avoir évité la bagarre.

 

Les apparences sont parfois trompeuses.

Un pauvre petit écureuil peut être plus fort qu’un ours à l’aspect terrifiant !

  

 

L’ours et la marmotte d’Evangelissa, Chloé et Nils

 

Un ours était grand et fort,

Il avait des bras musclés, le poil épais et brun.

Ses grandes pattes portaient de longues griffes.

Gros et mal élevé, il donnait des ordres à tout le monde

Et passait aussi son temps à se vanter.

Il vivait dans une caverne, non loin de chez la marmotte

Qui semblait douce, affectueuse, gentille et intelligente.

Très élégante, elle entretenait son poil lisse et blond, chose rare…

Elle avait de très beaux yeux bleus brillants.

Sa beauté faisait tourner toutes les têtes, y compris celle de l’ours.

 

Un beau jour, l’ours alla déclarer sa flamme à la marmotte :

« - Bonjour, ma chère, dit l’ours d’une belle voix,

Je… je suis venu pour vous demander en…  en…

- En quoi ? interrogea cette dernière impatiente. En quoi ?

- Eh bien… euh… EN MARIAGE ! dit-il gêné.

- D’accord, mais pour cela, vous devez faire preuve de force ! J’ADOOOOOORE les hommes forts !

- Alors, marions-nous maintenant car je suis le plus fort de la montagne ! Ah ! ah ! ah !

- Si je vous épouse, il faudra apprendre à parler moins fort, monsieur Ours…

- Euh, oui ! dit-il, baissant le ton. Finissons-en !

- Quoi ?

- Je veux dire, allons voir ce que je sais faire, ma belle !

- Oui, au sommet de la montagne… comme dans les romans d’amour ! »

Ils gravirent les reliefs et s’arrêtèrent pour souffler un peu.

La grosse bête poilue s’approcha d’un rocher pour se reposer et la marmotte lui dit :

« - Si vous voulez ma main, soulevez cette petite pierre ! »

Le gros animal essaya de saisir le caillou et de le porter…

Mais il échoua lamentablement.

Et la jeune et tendre petite bête romantique lui lança :

«  - Tu n’es pas assez fort ! JE TE PLAQUE ! »

 

Moralité : Les apparences sont parfois trompeuses…

Un ours aussi musclé qu’il paraisse, n’est pas forcément le plus costaud,

Une marmotte apparemment si romantique, peut se révéler une véritable peste !

 

 

La mygale et la souris de Thomas et Geoffrey

 

Une jeune mygale nommée Maïtiqua, cherchait un abri car elle n’avait plus de maison.

Elle frappa à une vingtaine de portes mais sa recherche échouait toujours.

Elle faisait peur à tous ceux qu’elle rencontrait car elle était velue et terrifiante avec ses grosses pattes noires !

Du coup, la pauvre se trouvait démoralisée quand enfin, un souris qui ne payait pas de mine, lui ouvrit la porte et lui dit :

« - Que fais-tu là, jeune homme ? dit la souris inquiète.

- Euh… euh… je cherche un abri.

- Tu n’as pas de parents ?

- Non, mes parents sont morts dans un accident de voiture.

- Ah ! Désolé, je ne le savais pas, dit la petite bête prise de pitié. Bon, mon métier est éducateur. J’ai un foyer et si tu veux venir, je te payerai ta place et à manger vu que je suis riche !

- Bon, d’accord, je veux bien aller dans votre foyer. Merci !

- Comment t’appelles-tu ?

- Mataïqua, et vous ?

- Moi, je me nomme Coucou-Yéyé ! Tes parents sont décédés depuis combien de temps ?

- Cela va faire un mois après demain.

- Bon, tout va bien aller maintenant ! Je te montre le chemin du foyer. »

Ils arrivèrent au foyer et la petite mygale se fit beaucoup d’amis car il y avait de jeunes enfants perdus comme elle.

Coucou-Yéyé et Mataïqua restèrent proches pour la vie.

 

Les apparences sont parfois trompeuses…

Une mygale apparemment terrible peut se révéler la plus douce des amis, même pour une souris !

Rédigé par madame.piller

Publié dans #Français 6°

Repost 0
Commenter cet article